Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualités
AESH et AED
Assistantes sociales
Carrière
Conditions de travail
Contacts
Contractuels
Formulaires
Le SNALC
Premier degré
Publications
Fiches Info
Lettres électroniques
Quinzaine Universitaire
Rémunérations
Second degré

L’esprit de Noël dans la mesure du possible

© Pixabay_Rudy and Peter Skitterians

Lettre Professeur des écoles

À l’heure de la rédaction de cet édito, des spectacles de Noël sont remis en question ou annulés et des venues du Père Noël à l’école primaire, selon les localités, ne sont pas mieux loties.

En effet, le protocole sanitaire de niveau 3 doit s’appliquer.

Dans la mesure du possible, la distanciation physique doit être respectée. Dans la mesure du possible, le brassage doit être limité.

Voilà pourquoi le Père Noël doit se plier aux règles sanitaires et, s’il est autorisé à venir, il devra être masqué ou rester à distance ou tout bonnement rester dehors. Car il semble être comme les jeunes enfants : plus porteur et plus contagieux.

Pour autant, les plans de formation français-maths et les constellations n’ont que faire de la contagion, de la distanciation et de la limitation du brassage. Pour les besoins de ces formations, des professeurs de différentes écoles doivent se retrouver en constellations et dans des conférences regroupant un très grand nombre d’entre eux.

Sur le site du service public, les évolutions du protocole sanitaire au 29 novembre 2021 sont pourtant claires : le port du masque doit être associé au respect d’une distance physique d’au moins 1 m entre les personnes, de l’hygiène des mains, des gestes barrières, ainsi que du nettoyage, de la ventilation, de l’aération des locaux, de la mise en œuvre d’une politique de prévention et de la gestion des flux de personnes.

Mais ces formations semblent tellement impératives qu’elles s’imposent au mépris du renforcement des gestes barrières ; à moins qu’elles ne constituent un bouclier d’immunité, tout comme l’école qui a longtemps été qualifiée de lieu où les contagions étaient les plus faibles.

Confrontées à la réalité du terrain, les intentions des protocoles sanitaires successifs et de leurs variantes ne dupent plus les professeurs depuis un bon moment. C’est comme pour le Père Noël, on n’y croit plus…

Même si l’enseignement devient par moments une gageure quand plusieurs professeurs d’une même école sont absents, le fait que les classes restent ouvertes dans la mesure du possible est le principal. À cela, on y croit.

Le SNALC tient à vous souhaiter des vacances de Noël reposantes, loin de la communication et des discours électoralistes. Il continuera de vous informer sur votre métier et votre carrière, de vous accompagner.

Merci pour votre confiance et bonnes fêtes.

Véronique MOUHOT,SNALC premier degré

Et également

Carrière des PE : Quand les médiateurs aussi tirent la sonnette d’alarme …
Autorisations d’absence et garde d’enfant malade
Les situations conflictuelles dans le premier degré
Détachement dans le second degré
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi