Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualités
AESH et AED
Assistantes sociales
Carrière
Mutations
Promotions
Stagiaires
Conditions de travail
Contacts
Contractuels
Formulaires
Infirmières
Le SNALC
Élections professionnelles
Personnels administratifs
Premier degré
Publications
Fiches Info
Lettres électroniques
Quinzaine Universitaire
Rémunérations
Second degré

Plus ça dure, plus c’est dur

© Free.pik.com

Lettre AESH

Si ce constat est souvent avancé pour la durée du chômage (avec le risque de ne plus percevoir d’indemnités chômage et la probabilité de ne plus jamais retrouver un emploi), il est malheureusement tout aussi adapté au quotidien des AESH.

Côté rémunération, la grille entrée en application le 1er septembre 2021 est devenue en moins d’un an totalement obsolète. Toutes et tous les AESH en CDD sont rémunérés à l’indice plancher et il n’y a plus que 3 points d’écart entre une ou un AESH nouvellement recruté(e) et une ou un AESH en CDI depuis moins de trois ans, bien loin des 20 points d’indice initialement prévus entre ces deux profils.

Non seulement, vos salaires sont très faibles (800€ en moyenne), mais de plus il n’y a aucune perspective de revalorisation pendant 9 années et de fait aucune reconnaissance de votre expérience professionnelle. Ce qui dans un contexte très inflationniste, et parfois avec des distances à parcourir entre vos différents lieux d’exercice toujours plus importantes, vous enferme encore plus dans une grande pauvreté.

Donc oui, financièrement, plus cette grille indiciaire dure, plus c’est dur !

Côté conditions d’exercice de vos missions, ce n’est pas plus folichon. En effet, les PIAL et la mutualisation de l’accompagnement n’ont fait que dégrader vos conditions de travail. Vous subissez un saupoudrage de l’aide avec la mutualisation comme norme, des élèves avec des handicaps de plus en plus lourds et sans la formation initiale et continue ad hoc, des changements d’affectation ou/et d’emploi du temps réguliers, notamment en raison de l’absence de brigades de remplaçants, la concurrence des AESH privé(e)s

De plus, maintenus dans des temps incomplets, l’institution n’a pas d’autre solution à vous proposer que le multi-employeur, synonyme de cumul d’emplois et de facto d’une non-reconnaissance du métier d’AESH à part entière par l’Éducation nationale.

Donc oui, psychologiquement et physiquement, plus les PIAL et les temps incomplets durent, plus c’est dur !

Enfin, côté statut, que dire ? Toujours RIEN à l’horizon et par conséquent, la précarité infligée par notre ministère s’éternise… Alors que sans vous, les élèves en situation de handicap ne pourraient pas réussir scolairement et il n’y aurait pas d’école inclusive !

Donc oui, statutairement, plus la contractualisation dure, plus c’est dur !

C’est pourquoi le SNALC demande à nouveau au ministère de convoquer urgemment les organisations syndicales pour une refonte de votre grille indiciaire, l’abandon des PIAL et la création d’un vrai statut.

Quant à l’annonce le 3 octobre dernier par notre ministre du versement des indemnités REP et REP+ aux AESH, cette mesure aurait dû être effective, comme le SNALC l’a toujours demandé, pour les AESH exerçant en éducation prioritaire dès septembre 2015 (date d’application du décret portant régime indemnitaire des personnels exerçant en REP et REP+) et surtout elle ne règle pas la problématique des salaires de misère de l’ensemble des AESH.

En accordant votre confiance au SNALC lors des élections professionnelles, du 1er au 8 décembre 2022, soyez assuré(e) d’être écouté(e), soutenu(e) et défendu(e) face à une administration si éloignée de vos réalités et difficultés tant professionnelles que personnelles du quotidien.

En votant SNALC, vous faites le choix d’un avenir meilleur !

Le vote sera numérique, et vous craignez de ne pas réussir à voter ? N’ayez aucune inquiétude, le SNALC vous accompagnera. Pour cela, nous vous remercions de bien vouloir répondre à notre questionnaire.

Le SNALC, le syndicat visible pour les AESH, personnels que notre administration laisse depuis trop longtemps invisibles !

Danielle ARNAUD
Secrétaire nationale chargée des personnels contractuels

Et également

Cumul d’activités : les règles à connaître
Élections professionnelles : je vote
« Je pars … », témoignage d’une AESH
Lettre intersyndicale au ministre
Ébauches de collaboration avec le médicosocial
Primes REP et REP+ : sous quelles conditions ?
Revalorisation SFT et indemnité de résidence
Prime pour les pilotes de PIAL
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi