Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualités
AESH et AED
Assistantes sociales
Carrière
Conditions de travail
Contacts
Contractuels
Formulaires
Le SNALC
Premier degré
Publications
Fiches Info
Lettres électroniques
Quinzaine Universitaire
Rémunérations
Second degré

Dialogue, monologue… Épilogue ?

© Pixabay.com_Geralt

Lettre Professeur des écoles

Les politiques éducatives successives cherchent depuis 40 ans à faire « mieux » pour plus de résultats, plus d’efficacité : à chaque mandat ministériel sa nouveauté. Durant ces dernières décennies, l’école et tout ce qui touche à l’enseignant et à l’élève n’a eu de cesse d’être modifié. On a tout remis en question, on a fait, défait puis refait, on a inventé, supprimé, testé, modifié, constaté…mais on a juste oublié de penser aux conséquences de ces changements incessants. Les professeurs des écoles sont fatigués des expérimentations, des nouveaux programmes, des nouvelles méthodes, des nouvelles évaluations, des remises en question de leur rôle et de leurs missions…

Les innombrables changements ont-ils réellement amélioré le fonctionnement de l’école, la réussite des élèves et les conditions de travail de l’enseignant ? Loin de là.

Le niveau des élèves révélé par les enquêtes successives ne fait que baisser depuis des années, les professeurs ont perdu tous leurs repères. L’accumulation de nouvelles directives idéologiques a modifié intrinsèquement le fonctionnement de l’école et a fini par estomper ses objectifs fondamentaux.

Le comble de l’histoire, c’est que si depuis des années tout a été fait pour tenter (en vain) d’améliorer le niveau de l’école, rien n’a été fait pour tenter (en revanche) de rattraper le niveau de salaire honteusement bas des enseignants. Tout cela s’est fait, qui plus est, au détriment de leur santé mentale et physique.

Aussi, nous avons des craintes légitimes pour les années à venir. En cinq ans, le dialogue social au sein de l’Éducation nationale est pratiquement devenu un monologue social. Qu’en sera-t-il d’ici 2027 ?

Les professeurs ont besoin d’être de nouveau considérés et entendus. Votez SNALC en décembre 2022 aux élections professionnelles pour que nous, professeurs, inversions les forces et prenions notre avenir et l’avenir de l’école en mains.

Christophe GRUSON
Secrétaire national SNALC premier degré

Et également

Plan de formation sciences et technologie : que vous réserve-t-il ?
Les ENT dans le premier degré
Hors classe rentrée 2022
Indemnités principales et congés maladie
Décharges de direction
Référent DSDEN direction d’école
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi